Déguster le foie gras dans les règles de l’art

Si les illuminations de Noël dans la ville font partie des traditions de Noël, il en est un autre qui fait partie de la tradition : le foie gras. Si ce met fin, au goût subtil se dresse sur toutes les tables, il est assez exigeant. Et pour cause, il demande toutes les attentions pour se révéler à la dégustation et émoustiller les papilles. S’il est d’usage de le consommer en début de repas, en entrée ou en apéritif, c’est que les papilles sont les plus disposées pour le savourer comme il se doit. Mais au-delà de cette règle de base, il en existe d’autres. Gros plan.

Foie gras : les règles pour une bonne dégustation

Foie gras cuit, mi-cuit, au torchon, au gros sel, au poivre noir, entier ou non, canard ou d'oie notamment, en fait quel qu’il soit, les règles sont les mêmes pour déguster le foie gras.

Pour que le foie-gras de qualité que vous retrouverez sur https://www.foie-gras-godard.fr/ exprime tout son caractère, que ses saveurs et ses parfums subtils s’exaltent et explosent en bouche, il doit être à température ambiante. C’est pourquoi il doit être dégusté après être resté environ trente minutes à température ambiante. Trop froid, il perdrait alors beaucoup de son fondant, mais aussi de ses arômes. Il serait dommage de le consommer comme un simple pâté ! Pour faciliter le démoulage du foie gras – présenté dans une terrine ou dans un bocal en verre par exemple – il faut alors plonger le contenant dans un bain d’eau chaude. Puis, à l’aide d’un couteau fin, sans dents et surtout parfaitement aiguisé, il peut être découpé. Mais attention, le tranchage du foie gras demande un certain doigté. Il faut en effet tremper le couteau dans l’eau chaude et l’essuyer entre chaque coupe. Les tranches doivent être fines. Pour des tanches parfaites, rien de tel que le recours à un fil à couper le beurre. Bien entendu, il est fortement déconseillé de couper les tranches à l’avance. Elles doivent l’être juste au moment de servir. Pour finir, le foie gras doit être dressé sur des assiettes bien froides.

Et, pour que l’expérience de la dégustation d’un foie gras soit la plus authentique, digne de ce nom, mieux vaut éviter de le déguster avec un alcool fort, des biscuits trop salés. Exit également les vins sucrés à réserver à la fin du repas. Un vin blanc charnu, un vin rouge évolué est l'accord parfait pour apprécier la texture doucereuse, fondante et le goût du foie gras. En marge, pour l’apprécier à son apogée, rien de tel que le mélange des saveurs. Rien de tel qu’une tranche de pain de campagne croustillant façonné par un artisan boulanger, qu’un tour de moulin à poivre ou une fine pincée de fleur de sel. Le pain d’épice légèrement toasté, agrémenté d’une pointe de miel ou d’une touche de confiture de figue émoustillera les papilles des amateurs de « sucré-salé ». Pour plus de terroir, le pain aux céréales est à associer au foie gras. Les fines bouches, les épicuriens en herbe, pourront accompagner le foie gras d’une note de vinaigre sucré, d’une pâte de coing/de figue, d’un confit d’oignon par exemple. Et, pour celles et ceux qui craignent la pesée du lendemain, il est toujours possible de se réconforter à chaque bouchée. Et pour cause, la consommation de foie gras abaisse le taux de mauvais cholestérol sanguin … c’est toujours ça de gagné et c'est prouvé par les études scientifiques !