Château Gruaud-Larose

Présentation du Château Gruaud-Larose

Au château Gruaud-Larose, le travail de la vigne consiste au maintient des traditions subtilement associé à la modernité pour élaborer des vins d’excellence, respectant l’écosystème, à travers la lutte raisonnée.

Les millésimes du château Gruaud-Larose ont la réputation de faire partie des crus les plus massifs de Saint-Julien. Plus récemment, les crus dévoilent plus de finesse, agréablement mêlée au moelleux et à la densité qui lui sont si caractéristiques.

Le vignoble est situé à Saint-julien, en plein cœur du Médoc, bénéficiant du terroir remarquable favorisant la concentration en sucres dans le raisin, et d’un climat océanique propice à la maturation des fruits.

Les 82 hectares de vignes sont plantés à 57% cabernet sauvignon, 30% merlot, 8% cabernet franc, 3% petit verdot et 2% malbec. Grace à une connaissance approfondie des sols, chaque millésime est élaboré suivant des proportions variables afin d’augmenter la complexité du vin. Deux crus sont issus de ce cépage : le Château Gruaud-Larose, Deuxième Grand Cru Classé et le Sarget de Gruaud Larose, son cadet.

La viticulture est fidèle à la tradition : labourage trimestriel, oxygénation des sillons par la charrue, engrais 100% organique composé de fumier de vaches et de marcs de raisins, technique de confusion sexuelle. Toute l’année, c’est le travail manuel qui prime avec l’ébourgeonnage, l’effeuillage, les vendanges…, menés consciencieusement par les vignerons et vigneronnes.

Lors de la vinification, les innovations technologiques s’associent au naturel. Les récoltes sont triées par deux fois, pesées par un système électronique, puis un réseau de conduits à tableau synoptique permet de déterminer l’acheminement vers les cuves en bois (40%) ou ciment (60%), thermorégulées, pour une fermentation alcoolique naturelle due aux levures présentes sur les fruits. Les techniques de remontages et délestages permettent d’extraire les lies. Les fermentations malo-lactiques s’effectuent selon les cépages à 50% en barriques neuves avant les cinq étapes de l’assemblage. L’élevage du Grand Vin se poursuit sur 16 à 18 mois à 40% de barriques neuves et celui du Sarget de Gruaud-Larose dure 14 mois. Enfin, le laboratoire œnologique de la propriété permet d’analyser et de contrôler le processus vinicole pour élaborer les crus.

Historique du Château Gruaud-Larose

Les premières traces de la création du domaine par le chevalier Joseph Stanislas Gruaud dateraient de 1757, date à laquelle il acquiert une surface d’exploitation, désireux d’exporter son vin au monde entier.

C’est en 1791 que le nom du château Gruaud-Larose prend sa forme actuelle, avec l’association du nom de son fondateur et de son héritier directe, Jean-Sébastien de Larose, devenu propriétaire. A sa mort, les descendants ne trouvant pas d’entente, le domaine est vendu aux enchères, prenant comme acquéreurs les négociants bordelais Balguerie, Sarget et cie. Le baron Sarget imagine alors la devise du château : « le roi des vins, le vin des rois ». Mais les nouveaux propriétaires se séparent rapidement partageant les parcelles et commercialisant ainsi deux vins aux noms des propriétaires : Gruaud-Larose Sarget et Gruaud-Larose Bethmann.

Apres un siècle d’excellence, le classement de 1855 élève le château au rang du Deuxième Grand Cru Classé. S’ensuit dix années de prospérité grâce à la production de crus d’excellente qualité. Mais le domaine est successivement attaqué par le phylloxéra et le mildiou qui vont menés le vignoble à une longue période de crise.

En 1917, Désiré Cordier acquiert le Château Gruaud-Larose Sarget et en 1935 le Château Gruaud-Larose Bethmann. Il s’investit pour reconstituer le domaine initial.

En 1947, son petit fils modernise la gestion du vignoble qu’il développe et rénove. Les récoltes sont plus abondantes et l’encépagement planté à majorité en cabernet sauvignon rend des millésimes de très belle qualité bénéfique à sa notoriété retrouvée.

Dans les années 70, la nouvelle équipe composée de Georges Pauli, directeur technique, Philippe Carmagnac, maître de chai et Patrick Frédérique, chef de culture participent à l’élaboration d’une série de grands millésimes.

La société s’ouvre aux capitaux internationaux avec notamment l’investissement du groupe Suez. Puis, en 1993, c’est le groupe Alcatel Alsthome qui se porte acquéreur et décide alors de s’investir dans la rénovation de la propriété ; le château est restauré, les chais agrandis, mise à disposition d’une nouvelle technologie inédite dans le Médoc,…

En 1997, la famille Merlaut acquiert le domaine dans l’optique de poursuivre le respect des traditions et de l’environnement tout en se dirigeant vers l’élaboration de grands vins ouverts au monde.

Informations techniques du Château Gruaud-Larose

Taille vignoble : 82 ha
Encépagement : 57% cabernet sauvignon, 30% merlot, 8% cabernet franc, 3% petit verdot, 2% malbec
Densité : 700 000 pieds d’un seul tenant
Sol et sous-sol : graves günziennes sur substrat argilo-calcaire
Elevage : le Grand Vin dure de 16 à 18 mois à 40% en fût de chêne renouvelé par tiers tous les ans et celui du Sarget de Gruaud-Larose dure 14 mois
Age moyen des vignes : 40 ans
Millésimes exceptionnel : 1961
Grands millésimes : 1962, 1966, 1970, 1978, 1982, 1983, 1985, 1986, et 1989.

Crédit photo Wikipédia – PA