En 1766, le château Peyrabon figure déjà sur la carte de Belleyme, établie au XVIIIème siècle par l’ingénieur cartographe du roi, Pierre de Belleyme. C’est la plus ancienne trace écrite sur la propriété. Château Peyrabon y figurait à l’époque en tant qu’exploitation viticole sur la commune de Saint-Sauveur-Pauillac.

En 1998, la société Millésima rachète la propriété.

Son vignoble s’étend sur 7 hectares de graves sableuses sur sous-sol calcaire et comme dans la majorité des vignobles de la rive gauche, le cabernet sauvignon est le cépage dominant : les vignes sont plantées à 61% de cabernet sauvignon , 29% de merlot, 10% de petit verdot.

« L’opulence de ce vin se traduit par une robe profonde et pourpre, et une exubérance dans le bouquet où jaillissent, successivement, les notes balsamiques du bois et celles plus lourdes de fruit confit. Gustativement, l’harmonie est remarquable, avec la présence de tanins très présents, mais savoureux, qui sont le gage d’une évolution favorable. »Jacques et Eric BOISSENOT, Avril 2009

Garde : 2015

Trophée du Meilleur Vin de Bordeaux, Trophée du Meilleur Rouge Français, Médaille d’or de l’IWC, médaille d’argent au Concours mondial de Bruxelles

Notre avis

Noté 16.25 en 2006-03 en bouteille chez un particulier
Belle couleur rouge sombre. Bonne intensité. Fruité et discret, moins toasté grillé que le Peyrabon. C’est un vin très intéressant à observer. Ici, le vinificateur s’est méfié du millésime et en a tiré profit au point de le compenser. Incroyablement pulpeux en bouche. Gras, pas du tout marqué par l’année climatique, ce vin dense, pulpeux et très fruité fond en bouche, plein de fruits frais et s’achève long. Une découverte et un grand succès. Très, très belle finale complexe.

LA FLEUR PEYRABON Pauillac 14 – 14,25
Couleur et nez d’intensité moyenne. Bouche aguichante à l’attaque et aromatique au milieu. Le tanin mériterait plus d’enveloppe pour plus de jouissance.

Note

Quarin 16/20