Château Palmer

Présentation du Château Palmer

Selon le château palmer, les crus d’exception naissent à partir de la mystérieuse trilogie terroir/ histoire/ mémoire. Chaque année, l’engagement et l’exigence du Château s’expriment dans ses grands crus : Une connaissance parfaite du terroir et de la vinification, une recherche d’innovation constante, un travail d’artisan créatif, le but de se rendre désirable…

Les crus du premier vin, le Château Palmer, sont intemporels, caractérisés par leur finesse et leur élégance. Comme les plus grands Margaux, ils sont doux et soyeux, de velours, et de cuir. Leurs extraordinaires arômes dévoilent des notes de fruits, fleurs et épices, avec une structure charnue, généreuse. Très agréable dans sa jeunesse, le vin révèle tout son racé au devenir sublime après plusieurs années de garde.

Né avec le millésime 1998, Alter Ego Palmer, deuxième vin du Château Palmer, est le fruit d’une interprétation nouvelle dans le respect des valeurs qui ont fait la réputation du château. A l’instar de son ainé, Alter Ego Palmer est caractérisé par sa finesse, son élégance, sa richesse aromatique, son harmonie et sa longueur. Délicieux dés sa jeunesse, il offre avec gourmandise un fruit croquant et juteux, tout en souplesse et rondeur.

Le château Palmer, est situé à Cantenac Margaux dont il hérite de l’AOC. Il est classé troisième grand cru dans la classification de 1855. Le vignoble s’étend sur 55Ha, repose sur un sol de graves quaternaires avec vue sur la rivière, et a une densité élevée de 10.000 pieds par hectare. Son encépagement à forte proportion de cabernet sauvignon (47%) est typique des terroirs de Bordeaux et du Médoc. Il est aussi planté en merlot (47% également), et en petit verdot (6%).

Depuis plus de 15 ans, le Château Palmer pratique la lutte raisonnée, dans le respect de l’environnement et la pérennité des sols et des vignes. Les rendements sont modérés, les travaux de la vigne sont manuels, les vendanges attendent la pleine maturité des raisins qui doivent être sains, et les récoltes sont doublement triées avant la cuvaison.

Suite aux vendanges, les raisins sont répartis par cépages, parcelles et lots, dans 42 cuves en inox et thermorégulée. Le jus fermente pour une durée de huit à dix jours, puis macère une dizaine de jours. Le contrôle est permanent avec remontage et dégustation. Une fois la cuvaison arrivée à terme, le jus passe dans un premier chai d’élevage constitué de barriques de chêne neuves ne dépassant pas 50 à 60% pour Château Palmer et 25 à 40% pour Alter Ego, où il sera assemblé. Au bout de l’année d’élevage, le jus passe dans un deuxième chai, celui de « deuxième année », où il sera traditionnellement collé au blanc d’œuf

Historique du Château Palmer

En 1814, Charles Palmer, Major Général dans l’armée britannique, connu pour ses exploits militaires et ses conquêtes féminines, succombe au charme de Marie de Gascq et à l’acquisition du domaine viticole dont elle lui vante les mérites. Homme passionné, il développe le domaine et acquiert terres et bâtiments situés à Cantenac, Issan et Margaux. En 1830, le domaine s’étend sur 163Ha et le vignoble sur 82Ha. Résidant principalement en Angleterre, il y développe la notoriété de son cru qui gagne finalement les faveurs de Georges IV. Cependant, en 1843, Charles Palmer, pour des raisons financières, se voit contraint de vendre son domaine.

En 1853, après avoir été géré par la Caisse Hypothécaire de Paris, le Château Palmer devient propriété d’Emile et Isaac Pereire, connus pour leur participation à la modernisation de Paris aux côtés du Baron Haussmann et de Napoléon III, et la création de la station balnéaire d’Arcachon. Ils réorganisent alors le vignoble, mais le vin n’est classé que Troisième Grand Cru en 1855, alors que l’avis général l’aurait classé au rang des plus grands.

En 1856, ils font construire l’actuel château dont l’architecture, confiée à Charles Burguet, révèle un style unique et original, savant mélange de Classicisme, Baroque, et Renaissance, caractérisé par des tourelles coniques flanquées de drapeaux, une façade de pierre blonde aux volets bleus et au toit d’ardoise, et une imposante grille de fer forgé. Cette façade emblématique du Château Palmer est depuis toujours représentée sur l’étiquette de chaque millésime.

Suite aux catastrophes naturelles, aux guerres et aux crises économiques, les descendants des frères Pereire sont contraints de vendre. Et c’est en 1938, que les familles Mähler-Besse, Sichel, Miailhe et Ginestet, s’unissent pour devenir propriétaires et redonner au Château Palmer le rang qui a fait sa réputation.

Aujourd’hui, le château est toujours entre les mains de la famille Sichel et Mähler. En 2004, la gérance du vignoble a été confiée à Thomas Durous, ingénieur agronome, qui applique avec respect les principes d’authenticité, de qualité et de pérennité dans le but d’atteindre, à chaque millésime, le niveau d’excellence.

Informations techniques du Château Palmer

Taille vignoble : 55 Ha
Encépagement : 51% merlot, 41% cabernet sauvignon, 8% petit verdot, pour le Château Palmer. 52% merlot, 48% cabernet sauvignon pour Alter Ego
Densité : 10.000 pieds/Ha
Production : 30 Hl/Ha
Sol et sous-sol : graves quaternaires avec vue sur la rivière
Elevage : 18 à 21 mois en barriques de chêne, neuves de 50 à 60% pour Château Palmer. 18 mois en barrique de chêne, neuves de 25 à 40% pour Alter Ego

Crédit photo Wikipédia – PA