Chateau d'Issan Crédit photo Wikipédia

Présentation du Château d’Issan

Admirablement situé sur l’AOC Margaux, le Château d’Issan s’étend sur 120 hectares dont 50 sont consacrés à la culture de la vigne. L’encépagement très classique est de 65 % de Cabernet Sauvignon et de 35 % de Merlot.

Le château d’Issan produit des vins qui, tout en conservant le bouquet exquis particulier de la région de Margaux, ont beaucoup d’analogie comme force, chair et couleur avec les grands vins de Pauillac. La qualité de ses vins a été félicitée lors du classement de 1855 qui lui honora le rang de troisième Grand Cru.

Les fermentations se réalisent dans les deux cuviers récemment rénovés, parfaitement adaptés à la vinification parcellaire, ainsi que dans les chais climatisés pour les lots effectuant leur fermentation malolactique en barriques. L’assemblage a généralement lieu entre la fin du mois de décembre et le début du mois de janvier en présence de Jacques Boissenot, œnologue-conseil, du directeur technique Eric Pellon et d’Emmanuel Cruse.
Commence alors le lent élevage du vin dans la pure tradition des Crus Classés du Médoc. En effet, 18 mois durant le vin sera élevé en barrique de chêne merrain, puis soutiré par gravité.

La production annuelle du château d’Issan est en moyenne de 180 000 bouteilles. Le second vin Blason d’ISSAN qui est issu des sélections faites lors des assemblages entre les plus jeunes vignes d’appellation Margaux et celles ayant atteint leur pleine maturité, permet d’apprécier plus tôt le savoir faire et le terroir des grands Margaux.

La société vinifie et commercialise également le château de Candale (Haut-Médoc) et le Moulin d’Issan (Bordeaux supérieur) qui produisent chacun environ 70 000 bouteilles.

Château d’Issan surprend aussi lorsque la prestigieuse soirée de la Fête de la fleur ouvre ses potes. Elle a lieu tous les ans et clôture cette année le plus prestigieux salon des vins et spiritueux, VINEXPO. La Fête de la fleur réunit le grand monde du vin : riches propriétaires et négociants, quelques belles fortunes du monde, en passant par des invités politiques et personnalités des arts et de la culture. Un événement subtil et pétillant que la propriété a préparé pendant plus de six mois.

Historique du Château d’Issan

« Cet antique manoir, dont les tours contiguës élèvent fièrement leurs sept flèches aiguës. C’est le château d’Issan. Son vin est onctueux, d’une saveur extrême, il réjouit notre œil par sa vive couleur et flatte l’odorat comme une douce fleur.  » Voilà comment le courtier Biarnez, de façon très inspirée, décrivait l’un des plus anciens vignobles du Médoc.

Tout commence sous l’occupation de la Guyenne par les Anglais. Se succédèrent, les Ségur d’Essenault et de Foy-Candale avant la Révolution de 1789, les Duluc, Blanchy et surtout la famille Roy dès le milieu du XIXe siècle et jusqu’en 1920.
Servis, si l’on en croit la tradition, au mariage d’Aliénor d’Aquitaine avec Henry Plantagenêt, les vins d’Issan étaient toujours appréciés quelques siècles plus tard à Londres par J. Bruneval qui écrit, en 1723, au vinothécaire du prince de Galles :  » je n’ai encore jamais goûté un Issan aussi bon que celui de cette année « .
Enfin, plus récemment, le château d’Issan acquit une renommée flatteuse en devenant le vin favori de l’empereur François-Joseph à la cour d’Autriche. C’est de cette époque que date la fière devise du cru,  » Regum mensis arisque Deorum  » – Pour la table des rois et l’autel des dieux .

Au début du siècle dernier, Issan rentre dans une période où sa renommée se ternie, jusqu’au moment où la famille Cruse, connue depuis déjà 150 ans, devienne propriétaire d’Issan en 1945 et entreprend de redorer l’image du vignoble. Ce sont leurs héritiers qui aujourd’hui qui entretiennent et gèrent avec passion le vignoble et ses techniques de vinification.

Classé à l’inventaire des monuments historiques, le château d’Issan est membre associé de l’Académie du Vin de Bordeaux.

Crédit photo Wikipédia – Unozoe